Politique générale

Le règne de la frilosité

Nous entendons régulièrement qu’un organisme de notation financière a dégradé la note de tel ou tel Etat ou de telle ou telle entreprise. Cela semble mettre le gouvernement ou la direction de l’entreprise en émoi.

Je peux comprendre que, l’argent étant un moyen nécessaire (voire une fin pour l’entreprise), la capacité à en emprunter à des taux les plus faibles possibles préoccupent les gouvernements et les directions d’entreprises.
En revanche, ce que je regrette comme citoyen et éventuellement comme salarié, c’est que l’attention portée à cette notation fasse disparaître l’audace et l’ambition en particulier dans le monde politique.

Cette note change de valeur selon des règles que le citoyen a du mal à comprendre et des stimulus assez obscurs. Le raisonnement de la finance étant assez éloigné du bon sens, il est cohérent que nous ne comprenions pas bien les fluctuations de ces notes.
Mais ce qui est insupportable, c’est d’avoir la désagréable impression que notre gouvernement n’agit ou ne réagit qu’en fonction de l’impact de ses décisions sur ces notes.

Et depuis quelques mois, c’est cette impression qui domine sans qu’aucun homme politique ne daigne nous expliquer les enjeux de ces notes et leur influence sur les politiques gouvernementales. Peut-être ne les comprennent-ils pas non plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero vel, fringilla venenatis, mattis accumsan Praesent tristique Aliquam elit. amet, risus