Ecologie

Pour aider la planète, plantez un arbre !

Si vous voulez aider les générations futures, en plus de minimiser votre usage du plastique, de moins utiliser d’énergie et autres consommations raisonnées, plantez un arbre !

Un douglas, un orme, un saule pleureur voire un chêne. Vous travaillerez à coup sûr pour aider vos enfants et petits-enfants ou ceux des autres.

Déjà, un arbre, c’est beau. Vous pourrez ainsi créer une œuvre d’art sans effort, quel talent !
Ensuite, un arbre, dans 30, 50, 100 ou 200 ans selon ce que vous planterez, ça fera du bois. Et le bois c’est utile. Cela sert tous les jours pour la construction, le mobilier, le chauffage, l’art ou la décoration.
Enfin, un arbre, c’est un acteur majeur de la mécanique de recyclage d’un avatar de nos activités humaines : le CO2.

Rappelons que pour pousser, un arbre capture du carbone dans l’air qui l’entoure sous forme de CO2. Ses feuilles transforment ce gaz en oxygène. Au fur et à mesure que l’humanité augmentait ses activités et ses émissions de gaz notamment de CO2, elle aurait dû dans le même temps augmenter la surface boisée de la planète, afin d’utiliser ce formidable outil naturel de recyclage qu’est la végétation en général et les arbres en particulier. Etonnamment, elle n’en a rien fait et a plutôt œuvré dans le sens inverse.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Quand j’étais jeune (oui ça date du siècle dernier), l’humanité ou au moins une partie des habitants de la planète, a fait face à un péril impressionnant pour l’enfant que j’étais : les trous dans la couche d’ozone ! La couche d’ozone est une partie de la stratosphère qui concentre de l’ozone et nous (espèces vivantes de la terre) protège du rayonnement ultraviolet du soleil. Il s’agit donc d’un enjeu global aux êtres vivants et comme les animaux ne savent pas faire grand-chose sur le sujet, il fallait bien que les humains s’emparent du sujet pour éviter la disparition de cette protection naturelle.

A priori, cette situation alarmante était due aux chlorofluorocarbures ou CFC, pure invention humaine, utile dans de nombreuses d’applications, la plus représentative étant son usage comme propulseurs dans les bombes aérosols. Par un phénomène que je vous laisse lire dans Wikipedia, ces CFC contribuaient à diminuer la concentration d’ozone dans la stratosphère.

Bien entendu, était née à cette époque, une polémique qui rappelle sensiblement celle sur le réchauffement climatique et la pollution. Fiction ou réalité, tout le monde avait fini par bannir ces CFC et comme vous le constatez, on utilise encore des aérosols, prouvant une fois de plus que quand l’homme veut être inventif, ça ne pose aucun problème : il s’est rappelé à temps qu’un simple appui sur un bouton pouvait mettre une bouteille de parfum sous pression et activer un propulseur sans avoir d’utiliser un gaz destructeur de planète pour le même effet. L’intelligence humaine est sans borne !

Et il y a quelques mois, j’ai vu passer une information qui n’a dû avoir un sens que pour les plus de 40 ans : les trous dans la couche d’ozone se seraient refermés. La chose est encore une fois visiblement soumise à polémique à en croire certains articles, mais ce qui est visiblement indéniable, c’est les trous avaient commencés à se résorber grâce aux changements de pratique de humains. N’est-ce pas une réussite collective remarquable ?

Nous sommes donc capables de nous secouer tous ensemble pour mieux traiter notre environnement et vivre en symbiose plutôt qu’en parasites avec la planète ! Le réchauffement ou le trou dans la couche d’ozone sont peut-être difficiles à constater (même si je ne doute pas que les scientifiques qui travaillent sur le sujet soient très sérieux) mais le 7ème continent de plastique sur l’océan ou simplement trois poubelles éventrées au milieu d’une forêt de mon cher Limousin me semblent des démonstrations suffisantes pour se décider à agir.

Alors, utilisez moins de plastiques, recyclez et plantez un arbre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nullam ut sit facilisis odio luctus amet, libero massa libero. tristique